WISE SPIRIT l (UN)CAPTURE BEAUTY 

Oeuvre de Kubra Khademi
Wise Women présente
(UN)CAPTURE BEAUTY 
Exposition in situ – Villa Rose – du mercredi 19 au mardi 25 juin 2019 
Vente des œuvres on line jusqu’au 30 juillet
Wise Women vous donne rendez-vous pour le 2ème volet de sa 1ère exposition caritative.
Du 8 au 16 mars dernier, à l’occasion de la Journée Internationale des femmes, Wise Women réunissait les oeuvres de 6 artistes commissionnées par Maroussia Rebeca (co– fondatrice de Wise Women) et Margaux Barthélemy (commissaire d’exposition indépendante). Leslie David, Alice GuittardInès LongevialCélia NkalaApolonia Sokol et Camille Vivier présentaient six œuvres inédites.  
Les fonds récoltés par la vente des oeuvres servent la production d’une nouvelle exposition et l’attribution d’un budget de production à 6 artistes membres de l’atelier des artistes en exil, sélectionnées par les commissaires d’exposition, les artistes de Capture Beauty et Thanks For Nothing. Maral Bolouri, Sara Farid, Kubra Khademi, Oroubah Dieb, Hura Mirshekari et Rezvan Zahedi présentent chacune une oeuvre à l’occasion du second volet de la première exposition Wise Women, (Un)capture Beauty.
« En invitant ces 6 femmes artistes françaises émergentes à présenter et vendre leur travail au profit de 6 femmes artistes réfugiées, nous avions conscience que c’était un projet très fort émotionnellement qui créerait des liens de solidarité dans une sororité évidente.“ Maroussia Rebecq.
Wise Women soutient les femmes artistes en exil
Elles sont originaires du Pakistan, d’Iran, d’Afghanistan, et de Syrie.
Certaines questionnent le genre et l’identité, quand d’autres dénoncent des sociétés où la femme est persécutée, les communautés marginalisées, ou encore la guerre et les déplacements de population. Elles s’intéressent aux femmes, à leur liberté sans cesse remise en question dans les pays qu’elles fuient, à l’hyperpatriarcat et aux violences. Pour ces femmes, l’art est un vecteur indispensable pour faire entendre les questions d’exil et raconter leurs récits.
« À l’aube de l’inauguration du deuxième volet de l’exposition Capture Beauty, cette thématique choisie s’émancipe, dès lors qu’elle est offerte à l’association des artistes en exil, incarnée par les femmes artistes réfugiées Maral Bolouri, Oroubah Dieb, Sara Farid, Kubra Khademi, Hura Mirshekari, Rezvan Zahedi.  Même adresse, même nombre imposé de femmes, mêmes curatrices, même contexte curatorial pour une nouvelle vision de la beauté, lourde de sens », Margaux Barthelémy
L’atelier des artistes en exil, structure unique en France, a pour mission d’identifier des artistes en exil de toutes origines, toutes disciplines confondues, de les accompagner au regard de leur situation et de leurs besoins administratifs et artistiques, de leur offrir des espaces de travail. L’atelier des artistes en exil accueille environ 25% de femmes. Certaines peintres venues du Yémen et d’Afghanistan ont leur propre atelier à l’abri du regard des hommes. “Ces femmes ont vécu parfois des choses assez terribles et viennent de pays à domination masculine extrêmement violente,” explique Judith Depaule.
Maral Bolouri

 

Oroubah Dieb

 

Sara Farid

 

Kubra Khademi

 

Hura Mirshekari

 

Rezvan Zahedi

 

 

Crédit photo : Charlotte Lindet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *