WELL WELL WELL l Charlotte Halpern

WELCOME… Charlotte Halpern

Je suis une marcheuse urbaine depuis début 2019. Au moins une heure chaque jour. Ces marches me font voir Paris autrement, et créent des moments intermédiaires sans prix entre mes activités de directrice de création pour les clients d’anamorphée (l’agence artistique que j’ai co-fondée en 2001), et pour la revue Profane (également co-fondée, en 2015).

 

WOW! Un coup de cœur.

Mes coups de coeurs sont souvent déclenchés par les trouvailles et les rencontres faites dans le cadre de la revue Profane, auprès de tous ceux qui sont guidés par leur passion, amateurs en tout genre, et qui pratiquent ou collectionnent l’art de leur choix. Ces libertés sont réjouissantes et inspirantes. Par exemple, les créations de cet homme en charge du patrimoine d’un grand parfumeur, et qui s’est mis à la céramique en autodidacte, faisant surgir de ses mains d’étonnantes pièces de viandes (saucisses, rosbif et autres côtelettes hyperréalistes), lui qui est fils de boucher… ça m’amuse et je trouve que c’est admirable : ces prises de risque, cet espace dédié au plaisir, cette mise de coté des complexes et des références habituelles.

 

WISH Un vœu ?

Pratiquer, collectionner, développer toutes les activités « outsider », celles dont on ne parle jamais habituellement lorsqu’on nous demande ce que l’on fait dans la vie ; celles qui passent après, le plus souvent. Et que celles-ci soient des fiertés, soient mises à jour, partagées. Et qu’elles nourrissent nos vies, nos métiers, nos personnalités : abdos-fessiers, jogging ou yoga le matin; peinture, sculpture ou broderie le soir !

 

WIND Du vent ! Qu’est-ce qui te mets hors de toi ?

Bon vent aux critiques, jugements et autres manifestations du bon goût : adieu dictats, modes et phénomènes de société. J’opte pour ma part pour les démarches sincères et personnelles. La pluralité des genres pour constituer une mosaïque de différences et de tolérances. Global, oui, mais pas uniforme!

 

WIRED À quel point es-tu connectée ?

Toujours! Pendant les marches quotidiennes : radio et podcasts. À tout moment : Instagram. Et beaucoup trop souvent : devant mon écran, interrompue par les trop nombreux mails.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *