MARION
MILLIER





APPEL À PROJETS 2021
CATÉGORIE / ÉDITION & MÉDIA
PROJET / CARTON!

Une interview d’Hélène Altmann


Une certaine idée du slow-journalisme sportif… qui va faire un carton





Le Covid a du bon ! C’est parce qu’elle se sentait désœuvrée pendant le confinement que Marion Millier, 25 ans, toulousaine débordante d’énergie, a eu l’idée de Carton ! un magazine qui traite du sport autrement. Le petit projet a grandi, et ce qui était au départ une idée a fini par bien remplir la vie de Marion. Rencontre avec une enthousiaste contagieuse.



Pourquoi as-tu contacté WW ?
J’avais un projet de magazine de sport mais ne savais pas trop comment m’y prendre. C’est une amie qui a entendu parler de l’appel à projets de Wise qui m’a conseillé de candidater.



Comment t’est venue cette idée folle de lancer un magazine de sport ?
Je suis designer graphique indépendante. J’ai eu une baisse de mon activité à cause du covid.
Alors j’ai décidé d’être à l’origine d’un projet pour continuer à créer.
Je travaille dans le print et l’édition papier pour un magazine s’est imposée assez vite. J’ai contacté WiseWomen pour savoir si le projet avait une chance de se concrétiser. Cela m’a surtout permis de poser les bonnes questions.



Lesquelles par exemple ?
Je ne me reconnais pas dans la presse sportive actuelle. J’ai conçu Carton ! aux antipodes de tout ce que je voyais et lisais. Les magazines et revues de sport traitent d’actualité. Moi je voulais faire du slowjournalism sportif avec des sujets de fond. Des sujets également sur le sport et le féminisme. Est-ce une bonne idée ? je voulais l’avis de personnes dans le monde de l’édition.



Tu es toi-même sportive ?
Oui mais pas une folle de sport. Je regarde et lis énormément sur le sport.



C’est une de tes lectures qui a déclenché cette idée de Carton ?
Non un documentaire. Diffusé par Canal + « je ne suis pas une salope je suis une journaliste »
A partir de là je me suis posée par mal de questions et pensé que je pouvais aborder des sujets de fond, économiques et sociaux, à travers mais pas seulement le prisme du féminisme.



Tu imagines ton magazine conçu et réalisé uniquement par des femmes ?
Pas forcément. Le féminisme pourrait être le thème principal d’un numéro, un des premiers mais je voudrais traiter de l’industrie sportive, de l’économie du football.



Ce qui t’intéresse ce n’est pas le buzz dans le milieu sportif
Exactement.



C’est pourtant ce qui fait vendre…
Oui mais je pense qu’un contenu de qualité peut intéresser. J’aimerais avoir une équipe de journalistes pour écrire des sujets. Enfin disons que j’aimerais faire appel à des journalistes professionnels, moi je suis designer graphique, chacun son métier.



Tu as déjà un réseau ?
Quelques relations mais je compte sur WW pour m’aider.



Ton magazine, tu le vois comment ?
J’avais pensé à 3 numéros par an mais c’est trop gros. 180 pages ne s’écrivent pas comme cela. Mais j’aimerais quelque chose qu’on prenne le temps de lire et qu’on garde.



Quelque chose qu’on puisse relire aussi, si tu ne fais pas que des sujets d’actus.
Exactement. Un magazine qu’on garde



Pour le financement, comment vois-tu cela ?
Je vais faire appel à des aides de la région. Mais pour la distribution, c’est très flou.



Une distribution en librairies ?
J’aimerais. Mais je compte sur Wisewomen pour me faire faire les bons choix.



Tu penses à quelque chose de digital aussi ?
J’adorerais faire une version digitale avec un e-shop. Des sujets exclusifs sur internet par exemple…



Et pour faire connaître Carton ?
J’ai fait une formation en communication cet hiver pour apprendre. Je sais qu’il faut des réseaux, du marketing, de la com. Je tâtonne. Mais ma perception du projet évolue au fur et à mesure.



Et le sport évolue aussi non ?
Oui y a un changement dans le monde du sport. Je vois des portraits de sportifs de façon plus alternative, pas forcément dans des tenues de sport par exemple. Alors je me dis qu’il faut y aller, foncer!



Depuis que tu es lauréate WiseWomen, que s’est-il passé ?
J’ai déjà été mise en contact avec des journalistes. On a fait un état des lieux, notamment sur la distribution et la communication. J’ai hâte que le mentoring commence. J’ai de plus en plus de questions au fur et à mesure que le projet prend forme.



Et tu penses que tonprojet sera devenu un magazine quand ?
J’adorerais en janvier 2023… sinon pour le Mondial de rugby en septembre 2023… Il faut prendre son temps mais pas trop. Et l’idée c’est que Carton devienne mon métier.



On croise les doigts pour Marion… et Carton.