NINA
BALLAY





APPEL À PROJETS 2021
CATÉGORIE / MODE & DESIGN
PROJET / SUBSTAINABLE MATERIAL LIBRARY

Une interview d’Hélène Altmann


Un projet appelé à devenir une réalité plus vite que prévu






Nina Ballay est designer couleurs, matières et textiles. Formée aux Arts Déco de Paris, elle a commencé son parcours professionnel chez Patricia Urquiola.
De cette expérience est née une idée de projet plus personnelle «  Sustainable material library. » On aurait dû se voir à Paris, mais Nina a posé ses valises il y a peu à Bâle, vous allez vite comprendre pourquoi.



Comment t’est venue cette idée de bibliothèque de matériaux responsables ?
J’ai pris conscience que le monde de l’architecture intérieure et du mobilier est en train de changer. Je voulais que ma formation couleurs et matières et ma recherche de sourcing de matériaux soit liée au développement durable, à des matériaux moins polluants, à des processus de fabrication qui lient du réemploi et du recyclage. J’ai eu alors l’idée de faire une sorte de marketplace, pour mettre en relations les fabricants de ces nouveaux matériaux et les acheteurs, studios d’architecture ou entreprises en général.



L’idée est de faire un listing de matériaux responsables et de permettre aux professionnels de savoir où les trouver, c’est bien ça ?
Tout à fait. Relier deux pôles.



Cela prend quelle forme cette « library ?
Pour le moment c’est un grand fichier Excel. Linoleum, ciment, verre : j’ai des fournisseurs qui ont ces matériaux version responsables et je les propose à des cabinets d’architecture par exemple



Cela demande du travail
Oui je voulais prendre cette année pour développer ce fichier. L’idée n’est pas que cela reste un fichier mais que cela devienne digital.
Pour cela il me faut savoir qui cela peut intéresser en dehors de mon cercle.



C’est dans ce but que tu as postulé à l’appel à projets de Wise Women ?
Je n’ai pas envie de créer une bibliothèque car je suis moi-même nomade et je travaille dans différents secteurs. Le projet est encore en termes d’ébauche et le format n’est pas encore défini. Il me fallait un œil extérieur et des conseils.



Quel est le business model de ton projet ?
Je me vois comme un lien, un agent entre les fournisseurs et les cabinets d’architecture. C’est un service de mise en relations. Je travaille avec des artisans, des écoles pour comprendre leur attente



Il y a une vision éducative à ce projet
Complètement. Faire comprendre que, quand on commence un projet en architecture d’intérieur on peut avoir une logique assez simple de comment penser à du réemploi pour certaines matières, comment se diriger vers du pas forcement neuf et polluant.



Tu comptes sur le réseau de Wise Women pour t’aider à transformer cette bibliothèque en vrai service ?
Oui c’est pour cela que j’ai postulé à l’appel à projets. Sauf que la vie est allée plus vite que mes projets



Raconte…
Le projet commençait à prendre forme, j’avais beaucoup de contacts quand J’ai été approchée par une grande marque, Vitra. Ils m’ont embauchée pour monter ce projet au sein de Vitra. De projet personnel, c’est devenu mon quotidien professionnel.



D’où ton déménagement à Bâle ! C’est magnifique !
Mon projet est devenu une réalité professionnelle plus vite que prévu. Je suis ravie ! Pouvoir tester mon projet au sein d’une grosse entreprise est ce que je pouvais rêver de mieux.
Il y a 6 mois je passais des entretiens pour pouvoir financer le projet, me poser des questions sur savoir ce que je vends. C’est pour cela que j’étais allée voir Wise women d’ailleurs.



Ton projet n’en est plus un. Tu n’as donc plus besoin des Wise Women ?
Sur ce projet en particulier aujourd’hui non, je me dois d’être franche avec vous. Mais il reviendra peut-être dans 6 mois sous une autre forme. En revanche ce projet m’a amenée à me poser des questions sur l’éducation et les jeunes. J’ai vu comme il était difficile de faire des études et de travailler pendant le Covid. Alors aujourd’hui J’aimerais pouvoir intégrer des jeunes au sein de Vitra pour des stages de 3 ou 5 mois au sein de mon département. Si des jeunes sont intéressés je serais ravie et très intéressée de les accueillir.



On va faire passer le message. Raconte-moi pourquoi tu es venue voir les Wise en particulier.
J’avais entendu parler des Wise Women et de l’appel à projets. Il y a une Wise woman en particulier avec laquelle je rêvais de travailler : Marion Mailaender designer d’intérieur. J’ai su qu’elle était jury. A l’époque j’étais en Italie et je voulais revenir à Paris. Pour moi c’était une façon de rencontrer de nouvelles personnes dans un état d’esprit, bienveillant et à l’écoute, que j’aime. Maintenant je me sens un peu gênée d’avoir gagné cet appel à projets car il y avait sûrement d’autres candidates qui auraient pu bénéficier des services de WiseWomen. Je m’en voudrais de leur avoir pris la place…



Talentueuse et dans l’empathie, telle est Nina Ballay, au moins ce que j’en ai vu et appris par écrans interposés. J’espère qu’elle nous donnera vite de bonnes nouvelles de sa sustainable material library.